Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

AccueilMonter un projet éducatifLe guide de l’enseignantElaborer un projet d’éducation à l’environnement

Elaborer un projet d’éducation à l’environnement

 

Vous trouverez ici quelques pistes exploitables pour concrétiser avec vos élèves un projet d’éducation à l’environnement et au territoire. Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive et peut être complétée par vos soins.

Déplier La châtaigneraie des Monts d’Ardèche fait rimer agriculture et nature

La châtaigne et ses variétés, la culture du châtaignier, le ramassage, la conservation et la transformation des châtaignes, les paysages, la faune et la flore présentes dans ce milieu, l’histoire de la châtaigneraie ardéchoise, les perspectives économiques, les recettes sont de multiples thèmes qui pourront être abordés lors d’un projet d’école.

La châtaigneraie des Monts d’Ardèche, thème emblématique du Parc, a fait l’objet d’un travail de présentation pédagogique sous forme d’un poster et d’un livret.

Déplier La faune

Des pistes possibles : la diversité, la répartition des différentes espèces d’oiseaux, de mammifères, d’insectes, …

Déplier La flore

Des pistes possibles : la diversité, la répartition des différentes espèces, l’étagement altitudinal, …

Déplier La forêt ardéchoise

Des pistes possibles : son histoire locale, la châtaigneraie verger cultivée, l’utilisation du bois pour le bois de chauffe, de mine ou d’œuvre, pour la vannerie ou l’ameublement, l’abandon de la châtaigneraie entraînant l’enrésinement ou l’enfrichement spontané, un véritable écosystème, un espace " naturel " remarquable, mais aussi un espace de loisirs (promenade, cueillette, chasse), une énergie renouvelable, …

Déplier La variété des produits du terroir

Des pistes possibles : les 60 variétés de châtaignes ardéchoises, la myrtille sauvage, la pomme de terre de l’Eyrieux, le mouton, la chèvre, les variétés fruitières anciennes, l’olive, le Fin Gras du Mézenc, les eaux minérales…

Déplier L’eau

Des pistes possibles : la ligne de partage des eaux et les bassins versants, les sources de la Loire et de l’Ardèche, les nombreuses rivières, les sports et loisirs autour de l’eau (la pêche, les sports d’hiver mais aussi les sentiers de la Montagne aux écluses, du Champ de Mars et l’exposition d’anciens moulins cévenols au Moulin de Mandy), la gestion de l’eau, son utilisation en agriculture grâce aux béalières, son utilisation pour la production d’énergie, les zones humides, les nombreuses sources d’eaux minérales gazeuses et leur exploitation , le thermalisme, …

Déplier L’histoire religieuse

Des pistes possibles : Le protestantisme et le catholicisme (les guerres de religion dans les Cévennes), le patrimoine huguenot - la Route des Dragonnades, les chapelles, les église et les temples, les anciennes grandes abbayes (plantations et défrichement encore visibles : Bonnefoy, Chambons…).

Déplier L’homme et la pente

Des pistes possibles : pourquoi une zone de pente ? (le climat méditerranéen sur un socle abrupt : combinaison de la géologie et du climat ), l’habitat (le bâti : révélateur de la géologie des lieux), les cultures en terrasses, les voies de communication, les aménagements hydrauliques diverses (les moulinages, les usines électriques, les béalières), les activités de loisirs - sports de pleine nature : randonnée pédestre et VTT.

Déplier Le climat

Des pistes possibles : sa variété (de méditerranéen à montagnard), l’exposition à l’adret ou à l’ubac…

Déplier Le Domaine de Rochemure

Un site qui reflète le territoire des Monts d’Ardèche

Le choix d’implanter la future Maison du Parc au Domaine de Rochemure ne s’est pas fait par hasard. Avant même de pouvoir accueillir le public et l’équipe de salariés, le Domaine de Rochemure est un site remarquable où est exposé un espace extérieur « du plus organisé au plus sauvage ».

Vous pourrez y découvrir :

- la magnifique architecture de la ferme du XVIIIe siècle en forme de U,
- sa serre et les bassins d’alimentation en eau pour l’arrosage des jardins,
- sa prairie, qui devait être utilisée autrefois pour l’agriculture,
- ses terrasses et sa châtaigneraie,
- le marais aménagé, la mare pédagogique et la source d’eau ferrugineuse, le fonctionnement et la protection de ces zones humides ainsi que leur faune et leur flore,
- sa forêt diversifiée, de résineux et de feuillus,
- son volcan et sa coulée basaltique qui se jette dans la vallée du Lignon.

Déplier Le goût

Une autre manière de découvrir son environnement et son territoire

Le Parc des Monts d’Ardèche s’investit notamment auprès des élèves pour les aider à découvrir et comprendre le territoire sur lequel ils vivent, pour qu’ils s’en sentent responsables et en deviennent plus tard acteurs. Très vite, le goût est apparu comme un thème transversal à de multiples découvertes : découvertes sensorielles, découvertes de terrain (visites de producteurs) initiant ainsi à des problématiques de société (notions de sécurité alimentaire, de marché et de consommation), …

Le Parc est riche de différents produits particuliers et notamment en terme de production puisque ici, l’homme a du se plier aux exigences de la nature, en exploitant les zones de pentes, inventant d’ingénieux systèmes comme les terrasses ou les béalières (systèmes d’irrigation).

Déplier Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche : des échanges à imaginer entre villes portes et communes rurales.

Des relations de confiance et des pratiques de travail en commun ont déjà permis de nombreuses collaborations concrètes entre les 6 villes portes du Parc et les communes du périmètre. En matière de communication, les villes portes sont un véritable vecteur de l’image touristique du Parc. Les panneaux d’entrée du territoire jalonnent les grandes voies de circulation.

Les Offices de Tourisme peuvent dispenser aux visiteurs, de la documentation sur place mais aussi lors de salons nationaux et internationaux. Des manifestations culturelles et touristiques sont menées conjointement.

En matière d’environnement et d’urbanisme des actions sont réalisées, comme par exemple, l’accompagnement à la mise en place d’une signalétique de proximité. Le Parc fait aussi travailler de nombreuses entreprises situées dans les villes portes, pour l’édition de nombreux documents.

Côté éducation à l’environnement le nombre de partenariats est déjà conséquent : soutien d’actions pédagogiques, mise à disposition de la malle du goût au Lycée Agricole d’Aubenas et au CDDP à Privas, signature d’une convention de partenariat avec le Lycée Agricole d’Aubenas. En somme une association déjà conséquente qui ne peut aller qu’en progressant pour l’intérêt des élèves.

Déplier Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche : un exemple de démocratie participative.

Dès l’origine du projet de Parc naturel, en 1995, les acteurs locaux ont été associés. Mieux, ils en ont été à l’origine, puisqu’il s’agissait à l’époque d’une initiative de la profession agricole plutôt que des élus eux-mêmes. A l’occasion d’environ 130 réunions, la préparation et la rédaction de la Charte a mobilisé des centaines de personnes. Peu après la création du Parc, des commissions étaient structurées en 5 thèmes correspondant aux chapitres de cette même Charte : valorisation des ressources, développement durable des activités, maîtrise des activités et démocratie participative.

Aujourd’hui, afin de permettre à chaque habitant du territoire de s’exprimer et de s’approprier ce projet de Parc, un nouveau fonctionnement de démocratie participative est mis en place. Il privilégie :

- l’information des habitants grâce à la mise en place d’une réunion territoriale délocalisée par mois ;
- l’écoute de leurs attentes, de leurs questions par l’organisation de réunions thématiques sur des sujets majeurs concernant le territoire ;
- leur implication et mobilisation par la participation à des groupes techniques de suivi des actions du Parc.

Mais parce qu’il n’existe pas de « recette toute prête » pour appliquer ce concept de démocratie participative, ce nouveau fonctionnement va être appliqué, évalué et pourra encore évoluer.

Déplier Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche : un outil de développement durable au service d’un territoire.

Depuis près de 40 ans, les Parcs naturels régionaux ont pour vocations sur leurs territoires : la protection des patrimoines, qu’ils soient naturels ou culturels, le développement de l’économie et des ressources locales ainsi que de l’accueil et de l’information des publics. En 1987, la Commission dite « Brundtland » donne une définition du développement durable qui souhaite réconcilier 3 mondes qui se sont longtemps ignorés : l’économie, le social et l’écologie. Depuis qu’il existe, le Parc des Monts d’Ardèche œuvre pour appliquer ce concept dans chacune de ses actions.

Déplier Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche : un territoire d’éducation à l’environnement et au territoire.

Depuis sa création, l’équipe dirigeante du Parc considère que la sensibilisation du public à l’environnement est indispensable pour mener à bien ses missions de protection et de développement à long terme. Ils entendent travailler de manière privilégiée avec les écoles, les collèges, les lycées, notamment agricoles, de leur territoire. Pour élaborer ses actions éducatives, le Parc s’appuie sur ses différents patrimoines remarquables que sont les paysages, la géologie, la nature et la culture. Les projets pédagogiques font l’objet de concertation avec l’Inspection Académique d’Ardèche.

Déplier Le patrimoine bâti typique ou traditionnel

Des pistes possibles : les fermes traditionnelles en toits de lauze ou de genêts, les clèdes, les moulins cévenols, les moulinages, les châteaux forts, les fours à pains…

Déplier Les activités agricoles

Des pistes possibles : son histoire locale, la castanéïculture, l’élevage, les vergers, la viticulture, le maraîchage, l’oléiculture, la production de lait… L’évolution des pratiques et les conséquences sur les paysages, l’économie et la vie locale…

Déplier Les activités industrielles autour de l’eau

Des pistes possibles : la tannerie, le textile à travers le moulinage et la filature, la bijouterie mais aussi l’exploitation des eaux de sources et le thermalisme, la production hydroélectrique…

Déplier Les énergies renouvelables

Des pistes possibles : les moulinages et les usines hydroélectriques, les éoliennes, l’énergie bois, l’énergie solaire…

Déplier Les milieux naturels remarquables

Des pistes possibles : Les tourbières, les pelouses, les forêts, les landes, les milieux rocheux, mais surtout la mosaïque des milieux depuis le maquis à ciste à la pelouse subalpine à Lycopode…, les inventaires et protections : les ZNIEFF, les ZICO, les sites Natura 2000, les Espaces Naturels Sensibles, la biodiversité, …

Déplier Les Monts d’Ardèche : Territoire de migrations

Des pistes possibles : naissance d’un des plus grands fleuves de France et de nombreux autres cours d’eau (dont l’Ardèche), point de départ de la langue occitane vers le sud, terre de passage pour les oiseaux et les poissons mais aussi voyages saisonniers à l’occasion des travaux aux champs et héliotropisme touristique, implantations des communautés religieuses, exode rurale et accueil de nouveaux arrivants, route de la soie entre les Cévennes et le Lyonnais, routes commerciales et nombreux échanges entre la vallée du Rhône et le Massif Central …

Déplier Les parlers, proverbes, dictons et chants

Des pistes possibles : étude de la toponymie, de la langue occitane, …

Déplier Les paysages

Des pistes possibles : la lecture de paysage, les paysages de référence des Monts d’Ardèche, l’occupation du sol, la signalétique, la charte paysagère, la gestion de l’espace pour lutter contre les incendie et l’érosion.

Déplier Les risques majeurs

Des pistes possibles : les inondations, la sécheresse, les incendies, les glissements de terrains…

Déplier Les roches et le volcanisme

Des pistes possibles : le cristallin, le sédimentaire, le volcanisme et ses différents épisodes, mais aussi les coulées et les orgues basaltiques, les sucs et les serres, les cônes égueulés et les clapas, mais aussi la tourbe, …

Le volcan de la Gravenne de Montpezat a fait l’objet d’un travail de présentation pédagogique sous la forme d’un sentier pédagogique comprenant également un livret pour l’enseignant et des fiches thématiques pour l’élève.

Déplier Les savoir-faire

De nombreux métiers traditionnels ont disparu comme les drapiers, les bourreliers, les tonneliers ou encore les santonniers …, d’autres se maintiennent difficilement comme les piqueurs de genêts, les tailleurs et poseurs de lauzes, …

D’autres encore ont tendance à se développer, notamment dans les métiers d’art axés sur la création artistique : poterie, vannerie, travail du cuir… 

Les verriers, les ébénistes, les céramistes et les sculpteurs sont aussi des métiers à découvrir.

Déplier Les terrasses

Des pistes possibles : la construction en pierres sèches et à la chaux, leurs utilités en agriculture, l’impact dans le paysage, une adaptation que l’homme a fait de la pente…

Déplier Les voies de communication

Des pistes possibles : les multiples chemins qui relient les hameaux, les sentiers de muletiers sur les crêtes, les calades, les voies romaines, les routes de fonds de vallées, mais aussi les ponts, les aqueducs, les voies ferrées, les tunnels, …

 

Imprimer